A-IMI‎ > ‎Les Rendez-vous de l'A-IMI‎ > ‎Workshops‎ > ‎

Yves Hubert : Qu'est - ce que la sourcellerie ?

Le 12 Décembre, à l'IMI
 
Si, comme l’a dit Walt Whitman, « quiconque fait 100 pas sans amour marche à ses propres funérailles », quelle est la dynamique exacte de l’intention de cet homme qui marche dans les champs, une baguette de bois tendue devant lui dans ses mains pour débusquer de l’eau cachée sous la terre ? Car, paradoxalement, dans le désert Saharien, les Arabes pour nommer « l’eau » ou « la vie » prononcent un même mot.
Cette similitude phonétique n’est certainement pas dénuée de sens, l’eau est un élément fondamental, qui prend une place centrale dans les anciens mythes, fondateurs des religions. C’est peut-être l’une des raisons qui fait qu’elle possède des liens en l’homme touchant les strates les plus archaïques de l’inconscient.
Les biologistes eux-mêmes savent que non seulement l’eau maintient, propage et entretient l’ensemble des systèmes vivants, mais qu'elle possède, en elle-même, le pouvoir d’engendrer des êtres unicellulaires au sein de son milieu.
Sourcier de profession, coopérant à de nombreux forages d’eau, je me propose de vous parler de mon expérience de terrain, en commençant par donner quelques explications sur les systèmes aquifères. Ensuite, je souhaiterais vous introduire au cœur de ce moyen humain de détection, original, insolite et unique, qui est peut-être l’une des plus ancienne pratique mantique que la terre ait portée. Il est resté pendant des siècles, le seul moyen connu, permettant contribuer à la fructification de la vie et des cultures agricoles .
Tout en donnant quelques précisions pouvant aider à mieux comprendre la nature exacte de la recherche du sourcier sur le terrain, je tenterai d’aborder les moyens internes à lui-même, qui lui permettent de répondre à la mission qui lui est confiée (et ce, avant le recours à l’information connue de lui par la ressource documentaire sur un lieu donné) : détecter où creuser, à quelle profondeur et pour exploiter quel volume d'eau.
Comments